Portrait – Éditoriale

l’épidémie 2020

Pendant que les humains traversaient une crise sanitaire, des êtres extraordinaires revenaient pour faire partie du paysage désolé des grandes villes.

Enfin, c´est là où Satyre se promenait dans les rues et découvrait l´habitat, essayant de contrôler son grand esprit. Il se souvenait des moments théâtraux de l’Athènes antique.

l'épidémie 2020 l'épidémie 2020 l'épidémie 2020 l'épidémie 2020

“Aussi, Il est raisonnable de représenter une espèce d’emprisonnement par une autre que de représenter n’importe quelle chose qui existe réellement par quelque chose qui n’existe pas.”DANIEL DE FOE.

 

l'épidémie 2020 l'épidémie 2020 l'épidémie 2020 l'épidémie 2020

“Donc La cité elle-même, on doit l’avouer,est laide. D’aspect tranquille, il faut quelque temps pour apercevoir ce qui la rend différente de tant & autres villes commerçantes, sous toutes les latitudes. Comment faire imaginer, par exemple, une ville sans pigeons, sans arbres et sans jar- dins, où l’on ne rencontre ni battements d’ailes ni froissements de feuilles, un lieu neutre pour tout dire ? Le changement des saisons ne s’y lit que dans le ciel.

Tout d’abord le printemps s’annonce seulement par la qualité de l’air ou par les corbeilles de fleurs que de petits vendeurs ramè- nent des banlieues ; c’est un printemps qu’on vend sur les marchés. Pendant l’été, le soleil incendie les maisons trop sèches et couvre les murs d’une cendre grise ; on ne peut plus vivre alors que dans l’ombre des volets clos. En automne, c’est, au contraire, un déluge de boue. Les beaux jours viennent seulement en hiver. ”   Albert Camus, LA PESTE (1947)

l'épidémie 2020 l'épidémie 2020 l'épidémie 2020 l'épidémie 2020

Avec son drame burlesque, il pouvait assister à ce moment où les humains ont essayé de rester immobiles et la recherche de patience, faisant partie d’une routine où ces jours-là ne font qu’un. Ses murs étaient ses meilleurs récepteurs, d’autres se sont réinventés, tandis que d’autres généraient leurs meilleurs monologues où la seule consigne était de rester chez eux.

l'épidémie 2020 l'épidémie 2020 l'épidémie 2020 l'épidémie 2020

© Alejandra Rosso Photographie.

Les observer traversant brutalement tous les états mentaux. Sortir, sortir, sortir… Par conséquent C’était la seule chose qui leur passait à l’esprit, alors que le printemps continuait son cours.
Satyre était dans les profondeurs de la ville où il pouvait sentir l’incertitude de l’attente et la hâte de faire de l’épidémie un passé. Il prétendait que la pitié venait juste de se souvenir des vieilles plaies.

Je voudrais remercier à Grégoire et Michelle pour leur extraordinaire soutien tout au long de l’écriture.

Équipe de travail :

Modèle et comédien : Jorge Villadiego

Make up: Leidy Urrea

Photographe : Alejandra Rosso