Le terme kalos kagathos, traduit que beauté physique et beauté de l’âme sont de la plus haute importance. Il renvoie le beau et le bon à un certain idéal qui implique la dimension esthétique.

Beauté physique et beauté de l’âme

Dans la Grèce antique, raisonner, débattre, se cultiver sont indissociables de la beauté physique. Le terme kalos kagathos, traduit que beauté physique et beauté de l’âme sont de la plus haute importance. Il renvoie le beau et le bon à un certain idéal qui implique la dimension esthétique, éthique et politique. Par contre, dans le roman d’Oscar Wilde la beauté physique trouve sa finalité en elle-même. Elle diffère en cela de l’Idée platonicienne du beau. Pour le philosophe la beauté du corps n’est que la première étape à partir de laquelle l’individu :

doit considérer la beauté de l’âme comme bien plus relevée que celle du corps, de sorte qu’une âme belle, (…) [210c] suffise pour attirer son amour et ses soins, et pour qu’il se plaise à y enfanter les discours qui sont le plus propres à rendre la jeunesse meilleure. Par là il sera amené à considérer le beau dans les actions des hommes et dans les lois, et à voir que la beauté morale est partout de la même nature ; alors il apprendra à regarder la beauté physique comme peu de chose. De la sphère de l’action il devra passer à celle de l’intelligence et contempler la beauté des sciences ; ainsi [210d] arrivé à une vue plus étendue de la beauté, libre de l’esclavage et des étroites pensées du servile amant de la beauté de tel jeune garçon ou de tel homme ou de telle action particulière, lancé sur l’océan de la beauté, et tout entier à ce spectacle, il enfantera avec une inépuisable fécondité les pensées et les discours les plus magnifiques et les plus sublimes de la philosophie; jusqu’à ce que, grandi et affermi dans ces régions supérieures, il n’aperçoive plus qu’une science, celle du beau (…). [210e].

Si le désir du beau corps est condition de possibilité de l’élévation de l’âme et qu’inversement la laideur est impossible sagesse, comment expliquer alors que Socrate ait pu être laid ? N’y aurait-il pas là contradiction ? Si la beauté éveille le désir de tendre vers la sagesse, il en est de même d’ «une âme [qui] équilibrée se trouve dans un corps